saison  
 
Accueil Programme Au théâtre Action culturelle Infos pratiques
  Septembre à Décembre barre Janvier à Mars barre Avril à Juin
 
 
ombre  

jeudi 15 février

20h30

 

durée 45 minutes

 

théâtre

Toute ma vie, j’ai fait des choses
que je savais pas faire

Rémi De Vos - Théâtre du Nord - Cdn

 

Une actrice hallucinante, un sol, un écran et... Beethoven.

 

A la demande de Christophe Rauck, Rémi De Vos a écrit un monologue pour la comédienne Juliette Plumecocq-Mech. Ce trio n’en n’est pas à son coup d’essai. Pur produit du Théâtre du Nord, qui n’en finit pas de nous conter les affres du pays noir, sans jamais donner dans la couleur locale. Les personnages de Rémi De Vos (on se souvient de Occident) sont souvent de simples quidams attablés dans un pauvre rade, à noyer leur mal-être dans une chope de bière. C’est le monde qui vient à eux, le plus souvent sous des formes violentes.


“Le type est entré d’un coup […] et il a commencé à me dire que les mecs dans mon genre, il avait jamais pu les blairer”. Premières répliques, pour l’ambiance. Odeurs de vieux bistrot, de vieille bière.


L’histoire d’un gars qui boit une bière dans un bar et qui se fait agresser verbalement par un individu. Une agression homophobe typique ! Une histoire à rebours racontée par la victime elle-même, allongée devant un écran blanc, le mur au pied duquel son histoire s’est achevée dans une silhouette dessinée à la craie. Quarante- cinq minutes d’une formidable performance au sol pour rembobiner le cours du drame.Comment réagir à la violence quand elle vous tombe dessus ? Comment sauver sa peau sans subir les coups ?


Sur deux sonates de Beethoven, une mise en scène au cordeau, sans cri ni violence mais avec un habillage sonore, Rémi De Vos déroule le fil de la pensée d’un personnage en sursis.
Un magnifique personnage porté par une comédienne atypique, stupéfiante. Une écriture saisissante de justesse, de sobriété, parfois drôle et somme toute parfaitement réjouissante en dépit de la gravité du sujet.

 

Ce spectacle fait partie de ceux que l’on n’oublie pas. Il rappelle une formule d’Antonin Artaud : “Je ne veux plus d’un théâtre qui imite la vie, je veux un théâtre qui refait la vie”. Jack Dion, Marianne


L’interprète est saisissante de tenue, de présence et de puissance de ce monologue cognant au ventre. Frappant au cœur.
Didier Méreuze, La Croix

 

avec : Juliette Plumecocq-Mech
mise en scène : Christophe Rauck
création sonore : David Geffard
création lumières : Bernard Plançon
collaboration chorégraphique : Claire Richard
régie : Arthur Blondeau et Samuel Mazzoti

 

www.theatredunord.fr

 

Le texte est paru chez Actes Sud.


Une production du Théâtre du Nord (Cdn Lille Tourcoing - Nord-Pas de Calais).

 
 
CRédits et mentions légales barre Partenaires