saison  
 
Accueil Programme Au théâtre Action culturelle Infos pratiques
  Septembre à Décembre barre Janvier à Mars barre Avril à Juin
 
 
ombre  

jeudi 15 novembre

20h30

 

durée 1h30

 

théâtre - à partir de 15 ans

Trois quarts d’heure avant l’armistice

Philippe Sabres - Atelier Septembre de création théâtrale

 

Une histoire intelligente, pudique et émouvante.

 

Mardi 17 novembre 1942. Le professeur d’histoire inscrit la date sur le tableau noir. Celle du bombardement d’usines d’aviation par les Anglais. Le lycée de jeunes filles de Courbevoie a été “léché” par les bombes, et celles qui doivent passer le baccalauréat à la fin de l’année se retrouvent donc parmi les garçons. Pour Robert, c’est sa dernière année d’enseignement. La guerre de 14-18, pas si lointaine, est au programme. Mais de quelle façon parler des allemands quand ils occupent le pays ? Il ne peut s’empêcher d’interpeller ses élèves, ne veut rien escamoter de la réalité sur les derniers morts de la guerre, juste avant la signature de l’armistice.


À la maison, Suzanne son épouse, a reçu des coups de fil du proviseur : peut-elle un peu “calmer” Robert ? De son côté, à l'insu de Robert, elle écoute la radio allemande, elle semble s'intéresser beaucoup à l'occupant. Elle fréquente des officiers dans le cadre de son travail d'assistante d'un impresario parisien…


Ce couple s'aime mais partage un lourd secret, hérité des derniers mois de 1918.


Son auteur, Philippe Sabres, s’est inspiré de son histoire familiale pour l’écrire, et il la met en scène avec simplicité. On passe de la salle de classe à l’appartement du couple, le tableau noir devenant une table, quelques objets complétant le décor. Une évocation toute en retenue, sensible et puissante à la fois.

 

Les deux comédiens formidables créent une multitude de lieux et de paysages donnant toute sa tension et son intensité à cette pièce, qu’ils jouent comme un thriller. Marina Da Silva, L’Humanité


Il y a un ton mat, un art de l’arrière plan sous entendu, une émotion feutrée qui emportent progressivement le spectateur. Ce tableau est à la fois grondant et calme, finement dessiné à coups de griffures. Gilles Costaz, Webtheatre.fr


La pièce est attachante. Philippe Bertin en vieux prof, est à la fois excellent et bizarre, Isabelle Fournier, en bonne comédienne, entraine de l’empathie. Le spectacle est de grande qualité.
Jean-Luc Jeener, Figaroscope

 

avec : Isabelle Fournier et Philippe Bertin
mise en scène : Philippe Sabres
scénographie : Olivier de Logivière
lumières : Laurent Schneegans
son : Thibaud Lalanne

 

Une production de l’Atelier Septembre de création théâtrale.

 
 
CRédits et mentions légales barre Partenaires